Bien manger pour bien grandir diététique diététicienne paris val-de-marne 94 benque

diététique diététicienne paris val-de-marne 94 benqueDe la naissance jusqu’à sa vie d’adulte l’alimentation des enfants sera sans cesse en évolution.

Du choix ou non de l’allaitement maternel jusqu’à son autonomie devant un plateau de self à la cantine les étapes et l’apprentissage sont nombreux pour une croissance optimale. De bonnes habitudes alimentaires, il ne faut pas se le cacher, passent par les habitudes des parents. Les enfants reproduisent ce qu’ils voient, aiment, ce qu’ils ont appris à consommer. Il faut jouer avec les goûts, les envies du moment sans s’éloigner des besoins fondamentaux de l’organisme. Arriver à introduire et à faire goûter tous les groupes d’aliments, donner les moyens aux enfants de s’intéresser à leur assiette de façon ludique.

Faire un vrai travail autour du repas, leur faire oublier le mot grignotage au profit de véritables collations… Souvent le conflit familial et le chantage alimentaire s’installent.

Construire son corps cela passe forcément par l’assiette et donc prendre de bonnes habitudes alimentaires …

Plan de la rubrique

diététique diététicienne paris val-de-marne 94 benqueL’alimentation des tous petits

Le tableau ci après peut vous servir de repère dans la diversification des aliments de la naissance à la 3ème année de l’enfant. Chaque pédiatre a ses propres recommandations c’est lui qui connait le mieux votre enfant, c’est donc un tableau informatif.

Aliments1er mois2ème mois3ème mois4ème mois5ème mois6ème mois7ème mois8ème mois9ème mois10ème mois11ème mois12ème mois2ème année3ème annéeAliments
Laitlait 1er âge / lait maternellait 2ème âge / lait maternel (> à 500ml/j)lait de suite / laitlait / lait de croissanceLait
Produits Laitiersyaourtlaitage naturefromageProduits Laitiers
Fruitsjus, compote, cuits, mixés, épluchés, texture lissecrus, écrasésen morceauxFruits
Légumespurée, lisseen petits morceaux mous écraséspetits morceaux écrasésLégumes
Pomme de terrepurée, lisseen petits morceaux mous écraséspetits morceaux écrasésPomme de terre
Légumes secsen purée à partir de 16 moisLégumes secs
Farines infantilesSANS glutenAVEC glutenFarines infantiles
Pain et produits céréalierspâtes fines, semoule, floraline, pain en fonction de la capacité de masticationFarines infantiles
Viandes, poissonviandes maigres, poisson : mixés 10g/jhachés : 20g/jtous les viandes et les poissons 30g/jViandes, poisson
Œufs1/3 dur1/2 durŒufs
Matières grasseshuile ou beurreMatières grasses
BoissonseauBoissons
Produits sucrésle plus tard possibleProduits sucrés
Aliments1er mois2ème mois3ème mois4ème mois5ème mois6ème mois7ème mois8ème mois9ème mois10ème mois11ème mois12ème mois2ème année3ème annéeAliments

Tableau de diversification

[haut de page]

L’alimentation de 3 à 11 ans

diététique diététicienne paris val-de-marne 94 benquePendant la croissance, l’alimentation contribue à la santé d’aujourd’hui et de demain. Les repères de consommations et les conseils sont nombreux, mais comment faire face à des enfants dont les goûts et les envies s’affirment sans tomber dans le chantage alimentaire, arriver à le nourrir et lui faire plaisir.

Les fruits et les légumes

Ce sont les aliments de choix mais ils sont malheureusement boudés. Riches en vitamines, minéraux et fibres ils sont primordiaux et leurs effets favorables sur la santé n’est plus à prouver. Il faut arriver à les présenter à chaque repas, ne jamais les supprimer entièrement car les goûts des enfants changent et évoluent fréquemment. Il faut être ingénieux, les présenter sous différentes formes : crus, cuits, en purée, en jus, assortis, mélanger de façon ludique, en présentant des dessins dans les assiettes.

Les féculents et les produits céréaliers

Sources de glucides complexes sont souvent donnés en excès au détriment des légumes (c’est pour cela qu’il ne faut pas les opposer mais trouver des préparations où ils se complètent). Leur richesse en énergie leur donne une place privilégiée à chaque repas. Ne pas oublier que le pain fait partie de ce groupe d’aliments.

Les produits laitiers

Ils doivent quant à eux être présents à chaque repas et même au goûter de l’après midi. En effet, l’apport en calcium en période de pleine croissance est incontournable : fromage ou laitage (faire attention de bien choisir des laitages et non des desserts lactés souvent riches en sucres rapides et même en graisses).

La grande question sur la viande

1 ou 2 fois par jour ? au repas de midi ou à celui du soir ou les deux c’est alors les quantités de chaque repas qu’il faut réduire. Le poisson doit être présent au moins 3 fois par semaine. Attention les produits sucrés ne sont pas indispensables chaque jour, il faut faire comprendre aux enfants que cela doit rester occasionnel.

Les quantités

Elles sont à adapter en fonction de la croissance et de l’âge de votre enfant. Rester vigilant que le plus petit ne mange pas autant que le plus grand ou que les adultes de la maison ; c’est souvent la cause de surpoids voire d’obésité.diététique diététicienne paris val-de-marne 94 benque
Repère : la portion de viande à 4 ans (50g) est la moitié de celle d’un enfant de 12 ans.

Répartition

Habituer les enfants à faire leurs trois repas, en commençant par un bon petit déjeuner (les parents doivent montrer l’exemple ; comment voulez vous que votre enfant parte à l’école le ventre plein s’il ne vous a jamais vu prendre un petit déjeuner le matin). Privilégier un vrai goûter avec des aliments sains l’après midi pour éviter les grignotages. Le repère horaires est primordial pour structurer les journées alimentaires et éviter le « snacking ». Entrainer les enfants à avoir une activité physique régulière car c’est essentiel pour leur équilibre énergétique et cela permet de rester en forme.

[haut de page]

L’adolescence

diététique diététicienne paris val-de-marne 94 benquePuberté, poids souvent multiplié par deux en quelques années, affirmation de ses goûts et envies. Il faut pourtant continuer à donner des repères d’alimentation équilibrée, baisser les bras quelques fois mais revenir à ce qui est juste pour la santé de vos enfants.

Les besoins et les bases sont quasiment identiques, ce sont les portions qui changent. Il faut veiller à ce que certains groupes d’aliments ne disparaissent pas au profit d’autres car bien souvent ce n’est pas fait dans le bon sens. Une alimentation de qualité, variée en quantités adaptées, associée à une activité physique régulière suffisent pour avoir une croissance harmonieuse et être en bonne santé.

Répartition

L’important est plus dans le fait d’arriver à faire conserver à votre adolescent son petit déjeuner (il préfère se lever plus tard que petit déjeuner : préparer la veille la table, varier le choix des aliments). Conserver un repas de midi correct si vous n’êtes pas à la maison ou s’il va à la cantine (à la maison préparer les plateaux repas, organiser les restes de la veille au soir pour qu’il n’ait plus qu’à réchauffer, plat cuisinés pour dépanner…). Voir avec lui si le goûter est toujours nécessaire au fur et à mesure qu’il grandit de façon à ouvrir le dialogue sur le grignotage, lui expliquer que la restauration rapide doit être occasionnelle. Enfin, le travail des parents est de rééquilibrer la journée alimentaire en réadaptant le repas du soir, essayer (même si vous avez peu de temps) d’organiser le menu et de prendre le dîner avec eux.

Rester attentif

Rester attentif au comportement alimentaire des adolescents et surtout des jeunes filles, aux remarques liées au poids : trop ou pas assez de kilos, que ce soit réel ou juste une image que l’enfant a de lui, il faut s’en préoccuper sans dramatiser. Demander conseils à votre médecin ou au pédiatre de l’enfant si vous avez le moindre doute.

[haut de page]

Mon enfant a-t-il des problèmes de poids ?

diététique diététicienne paris val-de-marne 94 benqueCalculer son Indice de Masse Corporelle (IMC) grâce à la calculette disponible sur le site et reporter vous dans la courbe fournie dans le carnet de santé. Si les valeurs sont en deçà et au-delà des courbes, consulter votre médecin ou le pédiatre qui suit votre enfant afin de savoir quelle stratégie est la plus adaptée. Il ne faut jamais faire de régime restrictif, une prise en charge adaptée avec un diététicien est souvent nécessaire pour recadrer en quelques consultations les structures des repas et les quantités consommées.

[haut de page]
[haut de page]